Retour vers la journée des présidents de clubs du Codep 45 sept. 2018

Quelques plongeurs biologistes ont fait le déplacement pour rendre rendre compte de la bio-diversité du plan d’eau de La Roche en Brénil, “Esox Diving”.

Le résultat est très mitigé !

Il sera difficile de favoriser l’implantation d’un véritable herbier dans un plan d’eau dont le niveau au cours de l’année peut varier énormément. En effet, il s’agit d’un réservoir d’eau potable pour les communes environnantes et le pompage est régulier. En fin d’été, il manquait  donc plus de six mètres par rapport à celui du printemps. Le responsable rencontré au salon de la plongée m’avouait que depuis le début de l’hiver, le niveau n’est pas remonté.

Ainsi, plus de la moitié des myriophylles sont à sec, il faut laisser les plantes dans leurs pots pour pouvoir les déplacer et qu’elles restent immergées …

Ajoutons une thermocline monstrueuse dès 12 mètres et une visibilité très basse au dessous, un substrat rocheux brut, ce n’est pas là que vous trouverez des organismes photosynthétiques et que vous ferez de grandes observations biologiques …

Cependant, il faut reconnaître les efforts du gestionnaire pour rendre le site intéressant pour des observations futures. Bon courage à lui.

L. Gauthier

Nénuphars en pots,

Écrevisse bien autochtone,

Élodée de Nuttall bientôt au sec …

Idée géniale que des îles flottantes !